mercredi 12 août 2015

Biscotti aux noisettes

ou Tozzetti de Viterbo
en pensant aux amis qui voyagent en Toscane...


pour une cinquantaine de biscuits :

4 oeufs, 175g de sucre, 35g d'huile, 1 à 2 cs d'anisette*, 400g de farine (300g de farine blanche + 100g de farine complète ou semi-complète pour moi), 1 sachet de levure chimique, 200g de noisettes entières torréfiées, vanille.


Faire torréfier les noisettes au four à 160° 10-15 min. Laisser refroidir puis les frotter dans un torchon de cuisine pour enlever la peau. 

Augmenter le thermostat du four à 180°C. Dans un saladier ou le bol du robot, casser les oeufs entiers et ajouter le sucre et la vanille. Fouetter quelques minutes afin de faire mousser les oeufs. Ajouter l'huile et l'anisette*, puis la farine et la levure : bien mélanger. Verser sur cette pâte les noisettes torréfiées entières et mélanger jusqu'à ce que les noisettes soient incorporées de manière homogène.
Fariner le plan de travail et transvaser la pâte en 3 ou 4 fois, selon la taille des biscotti souhaitée. A chaque fois, saupoudrer la pâte de farine puis la replier sur elle-même et façonner en long boudin : il faut travailler rapidement car la pâte est très collante. Transvaser sur la plaque de cuisson en laissant environ 10 cm d'espace entre les boudins.
Enfourner et cuire environ 25-30 min : les pains doivent être bien dorés mais le dessus encore souple. Laisser refroidir sur grille une quinzaine de minutes puis découper les pains en biais en tranches de 1,5 cm à l'aide d'un grand couteau à lame lisse.
Répartir les tranches sur 2 plaques de cuisson et remettre à cuire au four à 170°C pendant 10 à 15 minutes, le temps que les biscuits aient doré. 
Laisser refroidir et conserver dans une boîte hermétique à l'abri de l'humidité.

Les tozzetti se dégustent traditionnellement avec du vin doux, mais avec un café ou un thé c'est pas mal non plus !

* l'anis est le parfum traditionnellement utilisé pour les tozzetti, mais on peut très bien le remplacer par de la fleur d'oranger ou un autre parfum.

source : Le Pétrin 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire